PROGRAMME 2022

FÊTONS ENSEMBLE LE CENTENAIRE DU GRAND JEAN RÉDÉLÉ !

LES CLASSIC DAYS CÉLÈBRENT LE CENTENAIRE DE JEAN REDELE, FIGURE INCONTOURNABLE ET EMBLÉMATIQUE DE L'AUTOMOBILE À LA FRANÇAISE. VISIONNAIRE, COMPÉTITEUR HORS NORME, FONDATEUR DE LA MARQUE ALPINE, IL A MARQUE PLUSIEURS GÉNÉRATIONS AVEC SES VOITURES AUX LIGNES SPORTIVES ET CONTINUE DE FAIRE RÊVER. A L'OCCASION DE CET INCROYABLE ANNIVERSAIRE, LES CLASSIC DAYS FÊTERONT LA MARQUE ALPINE ET DE NOMBREUSES SURPRISES VOUS ATTENDENT. REDÉCOUVREZ L’HISTOIRE PASSIONNANTE DE JEAN REDELE.

 

bandeau

 

UNE ENFANCE BERCEE PAR RENAULT

Tout commence à Dieppe après la première Guerre Mondiale, Jean Rédélé est né le 17 mai 1922, fils de Madeleine Prieur et d’Emile Rédélé qui s’étaient installés quelques années plus tôt pour ouvrir la concession Renault.  

Jean passe toute son enfance à Dieppe et grandit dans le garage automobile familial. Après l’obtention de son baccalauréat pendant la Seconde Guerre Mondiale Jean se destine à être sous-préfet avant de finalement intégrer HEC à Paris. Il va y acquérir une double compétence économique et commerciale et en sort diplômé en octobre 1946.

Le jeune homme a toujours dans son ADN la passion pour l’automobile, et tout naturellement il envoie son rapport de stage à la Direction Générale de Renault à la fin de ses études.
Rapport dans lequel il expose quelques points de vue novateurs sur la stratégie avec suffisamment de conviction pour être convoqué par Pierre Dreyfus, le PDG de Renault… Suite à ce rendez-vous il est nommé Concessionnaire officiel à Dieppe en succession de son père, il deviendra à 24 ans le plus jeune de France !

 

PLACE A LA COMPETITION 

En 1950, Jean Rédélé se lance dans la compétition automobile !
« La course est le meilleur banc d'essai pour les modèles de série et la victoire est le meilleur argument de vente ».

Le jeune homme choisit la toute nouvelle 4 CV Renault comme moyen promotionnel, ce qui va s’avérer un choix judicieux ! Il s'engage en juillet au « 1er Rallye de Dieppe », sur ses terres où il impose sa 4 CV à la première place !
Salué par la Presse et la Régie Renault cette course lui ouvrira les portes en 1951 du mythique Rallye Monte Carlo sur une "1063", la version "spéciale course" de la 4 CV et termine quatrième de classe, puis second au 2ème Rallye de Dieppe.

Il remporte le 1er Rallye de Dax, termine cinquième au Rallye du Dauphiné, troisième au Marathon de la Route qui se déroule entre Liège et Rome, troisième encore au Tour de France Automobile et termine sa saison en remportant le Tour de Belgique. Un début très prometteur pour le jeune Dieppois ! 

Jean Rédélé et son co-pilote Louis Pons  (concessionnaire Renault à Paris et Etampes), participent aux très exigeantes ‘’Mille Miglia’’ en Italie où ils gagnent dans leur catégorie en battant tous les records !
Le jeune pilote est forcé de constater que la 4CV serait imbattable si elle était plus légère et mieux profilée. Afin de remédier à ce problème, il se rend en Italie pour rencontrer le styliste Giovanni Michelotti et lui passe commande d’une « 4 CV Spéciale Sport » qui sera réalisée par le spécialiste en carrosserie : Allemano. En attendant que l’auto soit livrée, il s’engage sur la « 4 CV 1063 » dans trois épreuves majeures du calendrier sportif international.

En 1952, Rédélé prend le départ avec sa 4 CV aux 24 heures du Mans officiellement engagé par Renault. Il devra malheureusement abandonner 2 heures avant la fin après avoir été en tête de sa catégorie lors de la course. Mais le Normand n’a pas dit son dernier mot et prend sa revanche au Tour de France Automobile où il termine troisième au classement général, un exploit compte tenu de la relative modestie de sa voiture.

Pour finir cette année en beauté, Jean Rédélé épouse Michelle Escoffier dont le père, Charles, est l'un des plus importants concessionnaires Renault avec notamment le Grand Garage de la Place de Clichy.

Les deux hommes décident de financer le développement et la commercialisation d’une boite de vitesses à cinq rapports, créée par André-Georges Claude et qui s’avère être très efficace.

En 1953, le duo, Rédélé / Pons gagnent leur classe aux "Mille Miglia", toujours sur 4 CV 1063 !
En 1954, Rédélé et Pons s'imposent aux "Mille Miglia" qui deviennent leur épreuve fétiche, puis au Critérium des Alpes.
« C'est en sillonnant les Alpes à bord de ma 4 CV Renault que je me suis le plus amusé. J'ai donc décidé d'appeler mes futures voitures "Alpine. Il fallait que mes clients retrouvent ce plaisir de conduire au volant de la voiture que je voulais construire » rapportait plus tard Jean Rédélé.

Les « Renault Spéciale » et les « Rédélé Spéciale » sont construites sur une base de 4 CV avec une carrosserie en polyester et quelques aménagements pour la course. Jean Rédélé va immédiatement chercher à les faire produire à l’étranger et la première tentative sera américaine.

Lancée sous le nom de « Le Marquis », elle est exposée au Salon de l’Automobile de New-York 1954 mais l’affaire n’ira pas plus loin. En parallèle, le coach (première A106) financé par son beau-père Charles Escoffier devient la première Alpine diffusée par le gendre, Jean Rédélé.

À l'issue d'une saison 1954 aussi prodigieuse que celle de 1953, Jean Rédélé est désormais considéré comme un grand pilote, malheureusement il sait qu'il va bientôt devoir faire un choix entre la compétition et sa carrière de constructeur.

En 1955, Jean Rédélé reçoit sa "Rédélé Spéciale", seconde voiture produite expressément pour lui en Italie, il termine second des « Mille Miglia », course remportée par Jean-Claude Galtier sur "Rédélé Spéciale » également.
Ce doublé décide Jean Rédélé à créer sa marque : elle s'appellera "Alpine" !

 

1955 : LA NAISSANCE D’ALPINE

La « Société des Automobiles Alpine » est créée le 25 juin 1955. Début juillet, Jean Rédélé présente lui-même trois coachs A106 (A de Alpine et 106 en référence à la 1062 des 4 CV). Le premier est bleu, le second est blanc, le troisième est rouge, tout est dit !
« Une auto française pour faire briller les couleurs tricolores sur les routes et dans les compétitions ».

Le 6 octobre 1955, Jean Rédélé lance officiellement sa marque et ses voitures à l’occasion du 42ème Salon de l’Automobile de Paris.

La "Société RDL", créée par Jean Rédélé et basée à Dieppe, a passé commande d'un cabriolet à Giovanni Michelotti et le reçoit début 1957. Le style de ce cabriolet aux lignes pures et simples va marquer définitivement Alpine.

En 1958, l'A106 évolue en A108 avec l'ancienne plateforme et ensuite, à partir de 1960, avec le châssis poutre, une réelle innovation, véritable secret de l'agilité des Alpine. Après deux cent cinquante et une autos produites, le coach, puis le coupé cèdent leurs places au cabriolet et à la berlinette.

Après une double tentative aux USA puis en Belgique où furent assemblés quelques coachs à Herstal, Jean Rédélé décide de monter d'un cran. Il a compris que l'avenir est à l’internationalisation !

Le Brésil, l’Espagne, le Mexique nombreux seront les pays à produire les jolies françaises !

 

1961 : LE MYTHE DE L’ALPINE A110

Équipée d'un moteur de Dauphine Renault, l'A108 va rapidement donner naissance à l'A110 qui bénéficie de la Renault 8 comme banque d’organes.
Avec l’A110, le succès commercial est atteint. La production des A110 est en constante progression, les victoires en rallye s'accumulent, les succès des Prototypes au Mans rendent Alpine célèbre ("Le litre d'essence le plus vite du monde") et Henri Grandsire, champion de France F3 sur Alpine, incarne Michel Vaillant à la télévision où il pilote des Alpine-Vaillant !

La cylindrée de l'A110 évolue régulièrement. Esthétiquement, les modifications sont mineures. La berlinette aura été produite à environ 7 500 exemplaires et aura brillé sur tous les "terrains de jeux" où elle était engagée (rallye, circuit, rallycross, course de côte, course sur glace etc…).

Alpine porté par la berlinette A110 oblige Jean Rédélé à créer une seconde unité de production dans l’Eure et Loir.

Jean Rédélé est confronté à un accroissement des commandes de berlinettes que l'atelier de l'avenue Pasteur ne peut satisfaire. L'usine de Thiron-Gardais va donc produire des châssis et caisses assemblées, peintes et garnies d'A110 qui sont ensuite transférées à Dieppe par camion pour y recevoir leur mécanique. Animée par un collaborateur dieppois, Daniel Vue, cette unité sera opérationnelle jusqu'à son rachat par Renault.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

 

2

 

2

 

2

 

2

 

2

 

2

bandeau

 

LA BELLE A310 – L’EVOLUTION

Cette voiture, imaginée et dessinée par Jean Rédélé lui-même n’est autre que la célèbre A310 !
Cette dernière est une réussite lors de sa présentation au Salon de Genève en 1971 et a pour vocation d'asseoir la marque dans le domaine des voitures de Sport et de Grand Tourisme. Gardant l'empattement traditionnel de 2,27 mètres (comme sur la Porsche 911), cette auto est une réussite d'équilibre esthétique.
Pour elle, Jean Rédélé va créer un nouveau site industriel : l'usine de l'avenue de Bréauté, à Dieppe.
Mais l'A310 et la nouvelle usine dieppoise vont être victimes de la crise pétrolière de 1973 avec pour conséquence une baisse sensible des volumes de vente. L'A310 va pourtant évoluer régulièrement et trouver son marché. Malgré qu'il n'y ait pas de syndicats dans l'entreprise, une grève très dure paralyse l’entreprise. L'usine qui a beaucoup investit pour la A310, est mise en péril.
A cette époque, Dreyfus demande à Rédelé de rentrer dans le capital de la marque Dieppoise. Ébranlé par les événements qu'il vient de subir, Rédelé accepte à condition que les emplois de ses ouvriers soient garantis pendant au moins 15 ans. Dreyfus le lui promet, et il tiendra parole.
Même si Rédelé reste au pouvoir avec la prise de capital d'Alpine par Renault, il se rend très vite compte qu'il n'est plus le seul maître à bord. En 1978 Monsieur Alpine quitte l’entreprise, le cœur déchiré. " Pendant deux ans, je n'ai pas eu le courage de revenir à l'entreprise. C'était trop fort." dira-t-il par la suite.

ALPINE LA COURSE DANS LE SANG

L’image de la marque a d’abord été écrite sur les routes des rallyes, mais les Alpines ont aussi triomphées en prototypes dans les plus grandes courses d'endurance, en commençant par les 24 Heures du Mans, épreuve reine du calendrier. Elles ont aussi été couronnées en monoplace, la discipline la plus exigeante du sport automobile et en rallycross, celle qui exige une solidité à toute épreuve.

LES DEBUTS EN RALLYE

Tout a commencé avec les Coachs A106. Indépendamment de Jean Rédélé, quelques pilotes ont fait triompher cette première Alpine. En quelques années, ils formeront le premier contingent de pilotes professionnels.
Ils s'appellent Henri Greder ou Jean Vinatier. Il fait l'acquisition d'un des premiers coachs Alpine et l'engage en course aux Mille Miles : il a 23 ans et déjà une belle carrière derrière lui. Celle-ci va s'accélérer lorsqu’il se voit confier des Alpines par Jean Rédélé dès 1964 : Prototype aux 24 Heures du Mans, monoplace de Formule 2 Alpine Gordini et évidemment berlinette en Rallye.
Sa plus grande fierté est d'avoir gagné une Coupe d'Or à la Coupe des Alpes. Seuls les anglais Appleyard et Stirling Moss peuvent se targuer de posséder un tel trophée. Après avoir piloté l'Alpine A220 3 litres au Mans, il est Champion de France des Rallyes en 1969 sur berlinette.

1968 ARRIVEE DE L’ALPINE A110 EN COMPETITION

Le célèbre Gérard Larrousse a concouru au Rallye Monte-Carlo 1968, malheureusement il a été surpris par une plaque de neige déposée par des spectateurs en mal d'émotions. Plus tard, il pilotera des Prototypes Alpine avant d'être Directeur de l'Ecurie F1 Renault.

En 1970, Jean-Claude Andruet reconnu comme étant un excellent pilote déjà sacré Champion de France auparavant sera coiffé du titre de Champion d'Europe des Rallyes cette année-là.
Naîtra ensuite l'équipe des "Mousquetaires" créée par Jacques Cheinisse, le Directeur sportif de la marque, qui a marqué les esprits. Composée de Jean-Luc Thérier, Bernard Darniche, Jean-Pierre Nicolas et Jean-Claude Andruet, l'équipe avait fière allure. L’année 1971 sera celle du triomphe au Championnat International des Rallyes !
Pendant huit années, la belle bleue a été sur la plus haute marche du podium, 1973 sera l’année de la consécration malgré un budget très limité par rapport aux concurrents. Alpine s’offrit le titre de Champion du Monde des Rallyes Alpine-Renault devant Fiat Abarth et Ford.

La grande A310 prend la relève, au volant : Jean-Pierre Nicolas, Jean-Luc Thérier et l'inénarrable Jean Ragnotti l'ont fait triompher avec le moteur 4 cylindres Gordini avant que Guy Fréquelin ne l'impose au Championnat de France des Rallyes en 1977.
Seule l'arrivée de la redoutable Renault 5 Turbo - produite elle aussi à Dieppe mettra fin à cette impressionnante saga.
Côté Prototypes, les Alpine ont commencé aux 24 Heures du Mans 1963 sous la direction de José Rosinski.
Ici encore, Alpine fait preuve d'originalité et des choix stratégiques qui vont s’avérer payant puisqu’elles vont s'imposer dans les classements. Dès 1964, Henry Morrogh et Roger Delageneste imposent leur M64 avec un moteur de 1149 cm3.
Nous ne manquerons pas d’évoquer la victoire historique de Jean-Pierre Jaussaud et Didier Pironi sur Alpine Renault A442-B lors de l’édition 1978 des 24 Heures du Mans !
Alpine a également triomphé en monoplace, remportant en 1964 le titre de Champion de France de Formule 3 avec le talentueux Henri Grandsire. En 1971, c'est Patrick Depailler qui est titré Champion de France sur les fameuses Alpine A364 "Dinosaure" et en 1972, Michel Leclère lui succède. Cette même année, Alpine est couronnée aussi du titre de Champion d'Europe F3 par équipe face aux redoutables équipes anglaises.
Le rallycross sera aussi une discipline sur laquelle Jean Ragnotti en 1977, Bruno Saby en 1978 et Jean-Pierre Beltoise en 1979 ont été Champions de France trois années consécutives en plus du titre européen conquis en 1977 par l'autrichien Herbert Grünsteidl !
Alpine est sur tous les fronts !

 

L’APRES JEAN REDELE… L’AVENTURE CONTINUE

La Régie reste fidèle à sa promesse et même pendant la crise pétrolière de 1974, très difficile à vivre pour les petits constructeurs comme Alpine.  Renault assure le travail du personnel en lui donnant à fabriquer des R5 Alpine.
En 1981, l’A310 bénéficie du train arrière de la nouvelle Renault 5 Turbo. Après avoir été produite à plus de 11 600 exemplaires (2 340 exemplaires en version quatre cylindres et 9 287 en version six cylindres), elle tire sa révérence et s'efface au profit de la nouvelle GTA en 1985.
Entre temps, la Renault 5 Alpine a été lancée avec succès. Elle sera produite en 56 000 exemplaires en version "atmosphérique" de 1976 à 1980 et la version "turbo" de 1981 à 1984.
La nouvelle GTA (Grand Tourisme Alpine) est très innovante dans son procédé de fabrication. Celle-ci sera connue pour être une auto alliant, performance, sobriété dans un confort absolu. Elle offre 200 chevaux et permet à l'auto, la plus rapide de la production française, d'être qualifiée par la Presse "d’avion de chasse de la route". Elle donne naissance à deux rares versions : l'Europa et la version "US", à phares rétractables.

En 1989, la version "Mille Miles" - hommage aux premières Alpine victorieuses de Jean Rédélé - est proposée en série limitée numérotée (cent exemplaires).

La version "Le Mans" en 1990 est un autre hommage aux victoires d'Alpine aux 24 Heures - est proposée avec une mécanique V6 Turbo dépolluée.

En 1990, l'A610, équipée d'un moteur turbo de 2 963 cm3, est proposée à la clientèle sportive européenne. Excellente routière, elle bénéficie d'un comportement dynamique digne d'éloges et reconnu comme tel par une Presse unanime. Toutefois, elle peine un peu à trouver sa clientèle et malgré la série spéciale "Magny-Cours", elle disparait du catalogue fin 1995.

Le nom d’Alpine disparait en 1995 mais les belles bleues n’ont pas dit leur dernier mot…

DISPARITION AVANT LA RENAISSANCE ??

Peu de temps avant la relance d’Alpine, le 10 août 2007, Jean Rédélé, Monsieur Alpine disparaissait laissant derrière lui une grande histoire…dont la fin n’est pas encore écrite !
Face à une attente très forte, et grâce à l'action du directeur général de Renault fraîchement nommé, Carlos Tavares, la renaissance de la marque Alpine est annoncée en 2012. Le premier modèle, l'Alpine A110 ne sortira finalement qu'à la fin de l'année 2017. Après de nombreux déboires et projets avortés pendant près de 20 ans, le rêve redevient réalité…l’A110 renait !

LE RETOUR A LA COMPETITION

Alpine est relancée en compétition en 2012. En s’associant avec l’équipe Signature, fondée et dirigée par Philippe Sinault, Alpine s’allie avec une équipe expérimentée. Ainsi nait Signatech Alpine, équipe qui va représenter la marque dieppoise dans le championnat European Le Mans Series (ELMS) pour la saison 2013 !
Le retour des voitures bleues sur les circuits européens fait sensation ! L’équipe remporte le titre de champion d’Europe d’Endurance pour Signatech Alpine avec une monoplace baptisée A450 !
Puis 24H du Mans, l’équipe Signatech Alpine se classe 3éme dans la catégorie LMP2 aux 24 heures du Mans.
Après ces 2 titres consécutifs, Alpine décide de franchir le pas vers le championnat du monde d’Endurance (WEC).
Lors de cette première saison dans la catégorie LMP2 du championnat du monde d’Endurance, l’équipe Signatech Alpine terminent la saison 2015 à la quatrième place du championnat !
Dans le même temps la berline A110 fait son retour en compétition, avec le lancement Alpine annonce la création d’un championnat baptisé Alpine Elf Europa Cup, en référence au championnat lancé par la marque en 1985.

En 2018, le partenariat entre Alpine et Signatech se renforce et donne naissance à une version GT4 de l’A110. Forte d’une puissance et d’un appui aérodynamique supérieurs à ceux de l’A110 Cup, la GT4 concrétisera le retour d’Alpine sur circuit, aux côtés des marques les plus prestigieuses.

En 2021, le programme d’Alpine en sport-automobile va monter en puissance, avec l’arrivée de la marque dans le championnat du monde de Formule 1 sous le nom d’Alpine F1 Team, sans oublier la montée dans la catégorie reine (LMP1) du championnat du monde d’endurance FIA WEC, sous le nom Alpine Endurance Team.
Renault Sport disparait laissant place à Alpine comme représentant du groupe en compétition...

To be continued… !!!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

 

2

 

2

 

2

 

2

 

2

 

2

 

2

bandeau

AUTOSUR CLASSICHONDAMOTULFORDAMV LEGENDE
LA VIE DE L'AUTO8JSFEDERATION FRANCAISE DE VEHICULES D'EPOQUEMOTUL CAR CARENOSTALGIE