PROGRAMME 2018

Porsche 917-045 lh 1971,
legende vivante en piste

Porsche 917-045 LH

 

A année exceptionnelle, événement exceptionnel grâce au Musée des 24 Heures du Mans !

Non content d'avoir parmi nous la mythique Porsche 956 vainqueur des 24h du Mans 1982, c'est maintenant une voiture légendaire qui vient s'ajouter à la longue liste des merveilles présentes : la Porsche 917-045 Lang Heck (Longue Queue en vf) de 1971.

L'une des trois dernières LH au monde sera présente pour cette 11ème édition exceptionnelle, venant célébrer à nos côtés les 70 ans de Porsche. La version LH fut spécifiquement conçue pour les hautes vitesses des 24h du Mans.

C'est le Musée des 24H du Mans, de L'Automobile Club de L'Ouest, qui nous fait cette joie immense pour le plus grand plaisir de tous les participants et spectateurs.

Un moment d'une rare intensité que de pouvoir admirer un tel monument en piste ...

Le modèle présenté ici n'est pas dans sa livrée d'origine : en effet en 1971 elle était aux couleurs de Gulf et confiée à Derek Bell et Jo Siffert. Elle abandonna sur fuite d'huile. Porsche changea l'habillage en "Martini" pour des raisons marketing liées à Gulf, puis l'offrit ensuite à l'ACO pour le Musée des 24h du Mans.

Hormis la décoration, c'est en tout point l'une des trois dernières 917 Longue Queue.

Emotions garanties !

Un peu d'histoire ...

Quelques mots sur la 917 pour goûter l'instant... tirés de l'excellent site Automotive Passion

La Porsche 917 est née de la volonté de Ferdinand Piech, petit fils du fondateur de Porsche, de créer un modèle éligible au groupe 4 (rebaptisé groupe 5 par la suite). Le groupe 5, officialisé lors de la saison 1970, était destiné aux modèles à moteur 5 Litres maximum, produits à au moins 25 exemplaires (le nombre était de 50 à la base puis abaissé à 25).

Les premières 917 apparurent lors de la saison 1969, elles ressemblaient alors beaucoup aux 908 extérieurement mais étaient équipées d'un flat 12 de 4,5 litres développant près de 580ch. Malheureusement elles s'avéraient très difficiles à piloter et terrorisaient presque tout les pilotes. Extrêmement instable de l'arrière, elle ne pardonnait guère l'erreur et John Woolfe, gentleman driver ayant acheté une des 25 917, se tua au Mans cette année là (paradoxalement il restera le seul pilote à avoir trouvé la mort au volant d'une 917). Grâce au courage de pilotes comme Jo Siffert, Kurt Ahrens, Vic Elford, ou David Piper la 917 remporta en 1969 les 1000 km de l'Osteirreichring, les 9h de Kyalami et mena même les 24h du Mans jusqu'à trois heures de la fin.

Pour la saison 1970, devant les coûts très importants engagés pour la 917, Porsche demanda à l'écurie JWA (double vainqueur en titre des 24h avec les GT40 Gulf) de prendre en charge l'engagement des 917 et 903/3 pour les saisons 1970 et 1971 tout en restant très présent dans le développement et la maintenance. Lors de la présentation à ces derniers de la 917, l'ingénieur en chef de JWA remarqua qu'il n'y avait aucun moucherons écrasés sur la partie arrière de la voiture après quelques tours. La remarque fit sourire chez Porsche, mais en l'absence de soufflerie, à l'époque la compréhension de l'aérodynamisme était encore artisanale, et les moucherons de par leur extrême légèreté suivent l'air, l'air ne passant donc pas à cet endroit, l'instabilité de l'arrière fut dès lors mieux ciblée et il fut décidé de créer un "aérofoil", une sorte de mini aileron au milieu de l'aileron pour stabiliser la voiture. La 917K fut alors officialisée et le moteur poussé à 600ch.

La saison 1970 fut une réussite, la 917 remporta 6 des 9 courses du championnat (elle ne participa qu'à 7 courses du championnat) et remporta haut la main le championnat du monde des marques devant Ferrari. Mécontent d'avoir dû laisser le JWA engager les 917, Porsche créa à la stupeur de JWA une écurie nommée Porsche Salzburg qui malgré les apparences n'était ni plus ni moins qu'une écurie Porsche officielle. Moins rodée que le JWA, elle en gagna qu'une seule course cette année là. Les 24h du Mans (Hermann/Attwood au volant), comme un symbole !

La saison connue comme principal highlight les 1000 km de Brands Hatch. Sous une pluie battante, après avoir ignoré un drapeau jaune peu après le départ, Pedro Rodriguez eût le droit à un drapeau noir lui intimant de rentrer au stand où il se fit remonter les bretelles par le directeur de course pendant de longues minutes. Il repartit bon dernier à plus d'un tour de son plus proche rival et termina finalement la course avec 5 tours d'avance sur le second !

Jacky Ickx dit ce jour là : "Je me demande si quelqu'un avait dit à Pedro qu'il pleuvait".


Pour 1971 la puissance passa à 630ch et Porsche rencontra plus d'adversité avec les Alfa Roméo 3L mais la 917 remporta 7 courses sur les 11 du championnat (et ne participa qu'à 9 courses). Le team Porsche Salzburg devint le team Martini et joua le même tour qu'en 1970 au JWA en remportant encore les 24h du Mans (Marko/Van Lennep) ainsi que les 12h de Sebring. Porsche remporta pour la deuxième année consécutive le championnat du monde des marques.

Les vitesses atteintes par les 917 étaient ahurissantes, l'équipage Rodriguez/Oliver remporta les 1000km de Spa à plus de 249km/h de moyenne avec un record du tour à 260km/h! John Horsmann confie dans son livre que les 917 étaient 10 secondes plus rapides sur un tour que les F1 de l'époque sur ce tracé ...

Devant cette escalade de la puissance, les règlent changèrent et la carrière des 917 en championnat du monde d'endurance s'arrêta là.

JWA avait gagné onze courses sur vingt (dont la Targa Florio en 908/3), Porsche Salzburg deux (les 24H du Mans et le Nurburgring en 908/3) et Martini trois (les 24h du Mans, Sebring et le Nurburgring en 908/3), ne laissant que quatre victoires à la concurrence.

En tout la 917 aura gagnée 13 des 16 courses du championnat du monde des marques auxquelles elle participa, un sacré bilan.

Parallèlement Porsche s'était également illustrée en Can-Am et en Interseries. Le Can-Am, championnat américain sans restriction de puissance était dominé par McLaren depuis 5 ans. En 1969 une 917 PA (pour Porsche Audi, distributeur de Porsche aux USA) commença à courir et à glaner un peu d'expérience. En 1970 elle commença à lutter pour la gagne, et l'année suivante fut crée la 917/10. Véritable bête de 1000ch, engagée par le team de Roger Penske (nord américain avec de multiples victoires à Indianapolis et ailleurs) aux mains de George Follmer, remporta 6 des 9 courses et gagna le championnat. L'année suivante, McLaren se sachant dépassé se retira, la 917/30 encore plus puissante (1200ch!) ne fit alors qu'une bouchée du championnat en remportant toutes les courses.

Pendant ce temps là, l'Europe s'essaya au Can-Am en créant l'Interseries. En 1970 ce sont des 917K privées qui y prirent part et Jurgen Neuhaus remporta le championnat au volant d'une d'elles en remportant 3 courses. L'année suivante Porsche enleva le toit pour créer des 917 spyder, puis à partir de 1972 ce sont les versions Can-Am de la 917 qui firent leur arrivée et dominèrent le championnat encore quelques temps.

Ainsi, la 917 passa d'une voiture effrayante en 1969 à une voiture louée par tous ses pilotes comme ultra précise, souple fiable et qui pour Porsche restera à jamais comme la première de ses 16 victoires au Mans.

La production de Porsche 917 s'établit comme suit, pour 25 châssis au total:

  • Porsche 917 : 45 châssis numérotés de 917-001 à 917-053 dont une trentaine survivrait à ce jour
  • Porsche 917/20 : 1 châssis numéroté 917/20-001
  • Porsche 917/10 : 13 châssis numérotés de 917/10-001 à 917/10-018 (cinq ne furent jamais construits)
  • Porsche 917/30 : 6 châssis numérotés de 917/30-001 à 917/30-006

AUTOSUR CLASSICMOTULHONDAAMV LEGENDE
LA VIE DE L'AUTOBACHMANNFEDERATION FRANCAISE DE VEHICULES D'EPOQUELESCOTNOSTALGIE